ALAIN BORER

Poète, critique d’art, essayiste, romancier, dramaturge, écrivain-voyageur, rimbaldien

BIOGRAPHIE – PRÉSENTATION

Alain Borer naît le 6 novembre 1949 à Luxeuil-les-Bains (Haute Saône), d’une famille comtoise côté maternel, et d’origine suisse côté paternel ; son grand père Eugène s’étant engagé en 1914 dans la Légion étrangère (dans le 1° Étranger en même temps que Blaise Cendrars), doit modifier son nom et supprime un R ; son grand oncle Theodor Borrer (avec deux R), resté dans le canton de Soleure, est un pionnier de l’aviation suisse, tué à dix-huit ans dans la chute de son avion (1913). Or les deux branches de la famille étaient alors séparées par des langues en guerre : Alain Borer publiant constamment des poèmes sur ce thème de l’envolée cosmique découvre un siècle plus tard, dans un Tombeau de Theodor,qu’il avait « un Icare dans la famille » (Pour l’amour du ciel).

Alain Borer passe son enfance à Luxeuil-les-Bains puis fait ses études à Genève à l’Institut Florimont de 1965 à 1969, où il dirige le journal d’étudiants Le Bateau ivrependant trente numéros, en compagnie notamment de Kirk Tougas et de Martin Muller, l’un devenu cinéaste canadien, l’autre directeur de la galerie Modernism à San Francisco. Ses articles étant souvent repris dans la Tribune de Genève, il rencontre à cette occasion le poète Gilbert Trolliet (1907-1980) dont il publie un recueil (Dire, Encres vives, 1970) qu’il préface d’un Avant-Dire… En 1970, il entre en hypokhâgne à Nancy au lycée Henri-Poincaré où il publie à nouveau une revue d’étudiants, tandis que paraît son premier recueil de poèmes, Fi,chez Parisod, à Lausanne. L’année suivante, il est admis en khâgne à Paris, au lycée Henri-IV (où il invite Denis Roche et les poètes de Tel Quel), puis aux universités Paris VII-Jussieu (maîtrise sur Les poètes de Tel Queldirigée par Julia Kristeva) et Paris X-Nanterre avec un DEA sur Rimbaud,qu’il soutient au retour d’un voyage sur les traces du poète en Éthiopie pour TF1, en décembre 1976 : il mène l’enquête dans le film Le Voleur de feude Charles Brabant, avec Léo Ferré, diffusé sur TF1 le 30 mai 1978 (un film de 2h40, sans coupure, diffusé à 20h30) ; ainsi qu’un Rimbauden cassettes Radio France, avec Laurent Terzieff.

Chauffeur de maître pour achever ses études (Souvenirs d’un chauffeur de maîtredans les Temps modernesmai 1978), il renonce à se présenter au concours d’entrée à l’École Normale Supérieure et emporte le concours d’entrée à l’école des Beaux-arts de Tours en 1979 comme professeur d’enseignement artistique (parmi ses collègues les peintres Pierre Antoniucci, Christian Henri, le sculpteur Peter Briggs… ; parmi leurs élèves : Bernard Calet, Ben L’oncle Soul, Richard Fauguet, Françoise Manceau, Laurent Mauvignier, François Pagé…) ; il fut le répétiteur de philosophie de Mathieu Amalric pour son baccalauréat. Il effectue des séjours fréquents à Trogir en Croatie de 1974 à 1980, et vit à Rome de 1986 à 1989.

Au cours d’une trentaine d’années, ayant réuni ce qu’il appelle une rimbaldothèqueexhaustive (toutes publications de 1870 à 2000), Alain Borer aura parcouru, reconnu ou découvert toutes les traces d’Arthur Rimbaud, de Charlevilleà Java, de Marseille à Londres ou Stockholm, de Harderwijkà Harar et de Chypre au Yémen (il recherche la maison de Rimbaud à Aden, de 1990 à 1996), tous les lieux de ce qu’il appelle la Rimbaldie; rencontré les derniers témoins (Émilie Tessier Rimbaud à Vouziers, la mémoire orale en Éthiopie), la plupart des Rimbaldiens (d’Étiembleà Bob Dylan) ; travaillé notamment avec Léo Ferré, Allen Ginsberg, Ernest Pignon Ernest, Hugo Pratt, Bruno Sermonne, Laurent Terzieff…

Sa traduction du Rimbaudd’Enid Starkie (Flammarion, 1981) rencontre un succès tourné tout entier sur le traducteur; puis en automne 1984 paraissent simultanément deux livres, Rimbaud en Abyssinie(éditions du Seuil, collection Fiction & Cie) et Un sieur Rimbaud, se disant négociantavec Philippe Soupault (Lachenal & Ritter éditeur), une émission d’Apostrophes(décembre 1984) et, le même jour, une pleine page du journal Le Monde.Alain Borer publie un Adieu à Rimbauden 1986, puis il publie en 1991 Rimbaud l’heure de la fuiteillustré par Hugo Pratt, et développe sa démonstration de l’unité de l’œuvre et de la vie d’Arthur Rimbaud, avec l’Œuvre-vie,l’édition du centenaire, qui édite chronologiquement « rien que Rimbaud mais tout Rimbaud ».

Après avoir consacré trente années de sa vie principalement à la poésie et à l’étude de Rimbaud, Alain Borer entreprend en 1991, après l’année du centenaire de la mort de Rimbaud, une deuxième période de son œuvre : il publie un roman (Koba), une pièce de théâtre (Icare), un essai sur Beuys (catalogue du Centre Pompidou), et toujours des poèmes, dans trois registres différents (en allées cosmiques lyriques, livres pataphysiques, et ce qu’il appelle « noèmes»).

Écrivain-voyageur, signataire du manifeste littérature mondede Saint-Malo, Alain Borer accomplit en 2005 à l’invitation d’Édouard Glissant un voyage tourmentédans les mers du Sud (des Gambiers jusqu’à l’archipel des Tuamotus) dont il rapporte Le Ciel & la carte, carnet de voyage dans les mers du Sud à bord de La Boudeuse,qui reçoit cinq prix littéraires (Prix Pierre Mac Orlan 2010, Prix de l’Académie française Maurice Genevoix 2011, Prix Mémoire de la mer 2011, Prix Polynésie 2012, Prix Joseph Conrad Award 2012).

Alain Borer a donné près de trois cents lectures et conférences dans quelque cent trente villes à travers le monde. Une partie de son œuvre apparaît disséminée en de nombreuses préfaces, essais littéraires en revues, écrits sur l’art en catalogues (Flanagan, Volti, La coupabilité de Saint Martin), et poèmes en livres et revues multiples, ainsi qu’en émissions de radio sur France culture (Agenda Dada). Il prend part au Groupe Actéon, « hors de tout commerce », avec André Velter et Zéno Bianu. Depuis 2014, il s’est engagé dans un combat pour la langue française avec son essai De quel amour blessée, réflexions sur la langue française, des interventions dans la presse (Le Point), de nombreuses conférences.

Dans la revue Luna Park(février 2005), Marc Dachyécrivait: « Le succès international de Rimbaud en Abyssinie[aux États-Unis dans la traduction de Rosmary Waldrop, William Morrow, New York, 1991] a fait oublier que nous avons un écrivain complet de grande envergure, l’un des plus doués de sa génération, dont l’œuvre, parfois confidentielle et dispersée dans d’innombrables revues, ne peut être encore perçue dans sa totalité, mais dont l’écriture, toujours incandescente et inspirée, révèle avec érudition et passion, fantaisie et humour, des avancées profondes et novatrices. »

BIBLIOGRAPHIE

Aux États-Unis

Rimbaud in Abissinia, New York, William Morrow, 1991

The Essential Joseph Beuys, The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 1997

Roman

Koba, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 2002 (prix Joseph-Kessel 2003)

Théâtre

Icare & I don’t, Éditions du Seuil, 2007 (prix Guillaume-Apollinaire 2008)

Richard Mille, Le Cercle d’Art, 2005

Essais sur Rimbaud

Rimbaud en Abyssinie, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1984, réédition 1991, édition revue et augmentée, Points-Seuil, 2004

Un sieur Rimbaud, se disant négociant…Avec Philippe Soupault, Arthur Aeschbacher et François Margolin, Lachenal & Ritter, 1984 (prix de l’essai de l’Académie française 1985) ; Réédition Le Livre de poche, Hachette, 1989, sous le titre La Terre et les pierres

Rimbaud d’Arabie, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1991

Rimbaud, l’heure de la fuite, générique de Hugo Pratt, coll. « Découvertes Gallimard/ Littératures » (no 102), Paris : Gallimard, 1991, réédition 2001

Rimbaud, d’Enid Starkie, traduction, préface et notes, Flammarion, 1982, réédition 1989

Œuvre-vie, Édition du centenaire, en collaboration, Arléa, 1991

Bouts rimés d’Arthur Rimbaud, dessins de Michel Gérard, collection « Muro Torto », Rome, Villa Médicis, 1980

Je me ressouviens, FNAC & Institut du Monde Arabe, 1991

« Nothing de Rimbe »,Intervention/image d’Ernest Pignon-Ernest, AREA, 1986, nouvelle édition La Nuée bleue, 1991

Le Lieu et la Formule, Mercure de France, 1999

Essais sur l’art

Déploration de Joseph Beuys, Bibliothèque des Arts, Lausanne, 2001

Chambord Les trois corps de Chambord, photographies de Dominic Hofbauer, Monum, éditions du patrimoine, 2006

L’Œuvre-vie d’Hugo Pratt et son empire perdu : Éthiopie, La trace du scorpion, Casterman, 2005

Essais

De quel amour blessée. Réflexions sur la langue française, Gallimard, 2014

Récit de voyage

Le Ciel & la Carte : Carnet de voyage dans les mers du Sud à bord de La Boudeuse, Le Seuil, 2010

Poésie

François Coupé, SAFC-Encres Vives, 1973

Bestiaire, coll. « Les Poquettes volantes », La Louvière (Belgique), Daily-Bul, 1979

Le Nuage de Magellan, I, gouaches de Georges Badin, Musée d’art moderne de Céret, 1980

Le Nuage de Magellan, II, collage de Peter Briggs, Bruxelles, Bibliothèque Phantomas, 1983

Zone bleue, La Chevelure de Bérénice ; Le Nuage de Magellan, extrait III, dessin de Barbara von Thaden, Lachenal & Ritter, 1984

Les Très Riches Heures de Chuck Berry, photomontages de Joël Hubaut, Éditions de la C.R.E.M., 1991

Départs arrêtés, aquarelles de Jean-Claude Vignes, Aréa, 1995

Jeil, noèmes, Interventions de Pierre Zanzucchi, L’Échelle, Hôtel Beury, 2000

Livres d’artistes

Carte mère, noèmes, illustrés par Pierre Antoniucci, Vice-versa, 2002

Loups plats, interventions de Pierre Antoniucci, Georges Badin, Peter Briggs, Alain Gauvin, Christian Jaccard, Jacques Vimard, 2005

Jeil,intervention de Pierre Zanzucchi, Rencontre, 2006

Départs de feu, intervention de Marido Kessler, 2012

Noèmes d’Assinie, intervention de Kaïdin

Sélénique, Leporello de Madio Kessler, 2017

Épactes, Leporello de Marido Kessler, 2018

Écritures du ciel, Leporello de Marido Kessler, 2018

Préfaces, Postfaces

 « L’effet venturi »,Chago, une enquête chilienne, Texte et images Olivier Renard, Impr. Corbet, 2018

« L’art de poaimer (ardens opus) »,Des chiffons de Javel… aux ardents poétiques : poèmes de collégiens depuis l’an 2000 et de poètes d’aujourd’hui, Volume 1, Les années paires, sous la direction de Laurent Desvoux-D’Yrek, Unicité, 2018

« Le paradoxe de Zéno », Infiniment proche etLe désespoir n’existe pas, Zéno Bianu, Gallimard, Poésie, 2016

« Les trois lapins », Phares balises & feux brefs, suivi de Périples, Frédéric Jacques Temple, B. Doucey, 2012

« Les saintes huiles », La légende du sexe féminin, Henri Maccheroni, Ponte Veccioéditions, Odor di Feminia, 2012

« La musique blanche de Philippe Monsel », Travelling du monde, Philippe Monsel, Cercle d’Art, 2012

« Celle qui vient à nous sans jamais nous rejoindre », Catalogue d’exposition : Pierre Antoniucci, Portraits et figures de texte, Centre d’arts plastiques, Royan, 2012

« L’altitude des gouffres », La brume se souviendra, Geneviève Bauloye, Schena éditions., 2012

« L’enfer des femmes », Bleu, Lili Frikh, Gros textes, L’espace d’un soupir, 2012

Jacques Vimard,L’école de Honfleur, de Boudin à Vimard, catalogue de l’exposition Jacques Vimard, Médiathèque de Honfleur, juin 2010 (A vérifier)

« Danse à travers l’île close »,Aleyo : le sacré, le corps et le politique, photographies Sophie Elbaz, Entretiens avec Seloua Luste Boulbina, Images en manœuvres, 2008

« Alphabet d’un parcours », exposition :De départ en départ: André Velter, un poète et des peintres, Carcassonne, Maison des mémoires, 25 avril-21 juin 2008

« Hagrid, l’happyculteur », J’ai déjà dit, petites histoires chroniques et pamphlets dressés suivant l’ordre du temps, 1968-2008, Jean-Jack Martin, C. Pirot, 2008

« Les trois corps de Chambord »Chambord, photographiesDominic Hofbauer, Monum, éd. du Patrimoine, 2006

« Kaïdin à Taï », Forêts secrètes, secrets d’eau, Fage, 2006

« Le détonateur, portrait de Pierre Zanzucchi », Les vitraux d’Olivet, Pierre Zanzucchi, Blanchard, 2005

« L’Œuvre-Vie d’Hugo Pratt et son empire perdu »,Ethiopie, la trace du scorpion, Pratt, Guilbert, Wazem, D’Anna, interviews par Antoine Duplan, Casterman, 2005

« Déposition de Jocaste », La chambre de mon fils, Françoise Clédat, Tarabuste, 2004

« Sensations », Autour de Chamechaude, Jean Lovéra, Libris, 2003

La coupure du parc : Prix de poésie des jardins de Talcy, Tarabuste, Monum, Ed. du Patrimoine, 2003

Postface àRimbaud ailé, Recueil de textes et de photographies, Jean-luc Parant, Musée-Bibliothèque Arthur Rimbaud, Charleville-Mézières, 2002

« Une guérilla contre le temps », Les derniers retranchements, Jacques Lovichi, Le Cherche Midi, Points fixes poésie, 2002 (épuisé)

« L’enclume et l’entonnoir », L’arbre-Seul, André Velter, Gallimard, Poésie, 2001

Abyssinie : entre ciel et terre, la route d’Arthur Rimbaud, Benoît Lange, Olizane, 2000

« Rimbaud à perte de vue », Le lieu et la formule, Arthur Rimbaud, choix d’Alain Borer, Mercure de France, Le petit mercure, 1999 ; « Rimbaud hasta perderse de vista », Poesías selecta, cartas lieterarias, texto bilingüe, trad. Marco Antonio Campos, Mexico : ed. Coyoacán, Reino Imaginario, 1999

« Les cahiers d’André Velter »,catalogue d’exposition: André Velter « dans la lumière et dans la force »,Bibliothèque municipale de Charleville-Mézières, 19 septembre-25 octobre 1998

« La part des anges »,Soleil de jadis, Claire Malroux, Castor astral, 1998

« L’oreille du calligraphe », L’autre main, poèmes et calligraphies, Dong Qiang, Bleu de Chine, 1997

« Rimbaud à plus d’un titre », Œuvres d’Arthur Rimbaud, trad. en arabe par Kadim Jihad, [Unesco], 1996

« Le cantateur des îles », Karukéra, Bruno Lavillatte, éd. du cygne, 1995

Yémen, photographies Pascal & Maria Maréchaux, texte Dominique Champault, Phébus, 1993 ; édition allemande DA Verlag Das Andere, 1993

« Thanatos énergumène », Michel Vachey, suivi d’un texte de Pierre Pachet et d’inédits de Michel Vachey, A. Vivas, 1993

« Voyages du jour au lendemain »,Voyage au pays de toutes les Russies, Olivier Weber, Quai Voltaire, 1992

« Le compagnon invisible »,Arthur Rimbaud et la liberté libre, Alain Jouffroy, éd. du Rocher, 1991 ; Rimbaud nouveau, Alain Jouffroy, éd. du Rocher, 2002

« Rimbaud d’orange », De Charleville à Java, Jean Degives et Frans Suasso, Radio Pays-Bas Internationale, 1991

« L’étant donné », Le Grand Passage, André Velter, Marges N°4, 1991

« Nothing de Rimbe », Rimbaud Intervention/Images 1978-1979, Ernest Pignon-Ernest, Aréa, [1986]

« L’esprit de Cerisy », Rimbaud multiple, Colloque de Cerisy, dir. Par Alain Borer, Jean-Paul Corsetti et Steve Murphy, D. Bedou et J. Touzot éd., 1986

Arêtes vives, Jacqueline Astegiano-Chatelain, 1985

« Le collaboratoire », postface à Crognamire, Pierre Colinet et Marcel Piqueray, Robert Willens, Bruxelles: La Pierre d’Alun, 1984

« Logoanalyse », Gérance d’avril, Théodore Kœnig, Bruxelles : Phantomas, 1980

« L’anagrammaire », Remblées, Théodore Kœnig, Cheval d’attaque, 1979

« Le seigneur des anneaux », Le voyageur qui raccommode ses souliers, Pétrus Borel, La Chaux de Cossonay, 1978

« Panégyrique », Eloge du sonnet, Annick Le Sidaner, Encres vives, 1975

« Les boues rouges », Lo bateu embriac, trad. Occitane par Robert Marty, Le bateau ivre, Arthur Rimbaud, Encres vives, 1975

Novaculaire, Patrice Novarina, Encres vives, 1974

« Avant-dire », Dire, Gilbert Trolliet, Encres vives, 1973

Audiovisuel

Arthur Rimbaud, raconté par Alain Borer. textes lus par Laurent Terzieff, cassettes Radio France, 1978 et 1989

Paul Verlaine, raconté par Alain Borer. cassettes Radio France, 1979

Le Voleur de feu, film de Charles Brabant. avec Léo Ferré, TF1, 1978 et 1986

Sur les terrasses de Rimbaud, film de Saad Salman, Paris, Les Productions de La Lanterne, 1990